| More
05-02-2010 04:08 16:08

Courrier Picard - 3 février 2010

 

(...)

Le rapport remis par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) pointe notamment le fait que « les IVG tardives ne (soient) pas prises en charge partout » et note qu'il persiste des « goulots d'étranglement dans certaines zones de fortes demandes », notamment les grandes villes.

(...)

À contre-courant des associations féministes, le mouvement anti-avortement Alliance pour les droits de la vie a dénoncé un « rapport consternant », jugeant que « l'urgence (était) d'aider les femmes enceintes à éviter l'IVG ».


1 Commentaire

Page 1 sur 1 1

#1 kEISER Martin a écrit le 07-02-2010 22:58 answer

Les promoteurs de la loi Weil affirmaient que la légalisation de l'avortement aurait comme conséquence la diminution significative du nombre des avortements, car en parallèle, l'information sexuelle et la contraception serait développé en France pour que l'avortement ne devienne pas rattrapage de contraception... ou contraception tout court. Il semble que ni l'information sexuelle, ni l'aide concrète aux femmes en situation de grossesse non désirée ne soit prévue par le planning familial.

Je regrette ce manque d'humanité, et de compassion pour des femmes en difficulté. On ne règle pas un problème de solitude et de souffrance par un traumatisme qui reste dans la mémoire de beaucoup de femmes une perte et un infanticide. La conscience n'est pas que judéo-chrétienne, elle est également humaine.

Réagissez à cette actualité